Nouvelles

Covid-19 : la France peut-elle résister à la cinquième vague ? podcast

Covid

Lancement progressif de la campagne de rappel, mention régulière des gestes barrières… Face à la nouvelle hausse des cas et des hospitalisations, l’exécutif espère pouvoir contenir la reprise épidémique, du moins jusqu’à la fin décembre.

Covid

Hypothétique, elle est devenue réalité. La cinquième vague épidémique de Covid-19 frappe désormais la France, mais difficile de savoir à ce stade si elle sera aussi importante que les premières et à quel moment le pic hospitalier sera atteint.

Selon les dernières données de Santé Publique France, 7535 personnes sont actuellement hospitalisées en France pour une infection au Covid-19 dont 1277 en soins critiques. À titre de comparaison, ils étaient 6851 patients dont 1140 en soins critiques il y a une semaine. La dynamique est là, même si l’hôpital ne fait pas face à un afflux soudain de malades.

En parallèle des données hospitalières, le taux d’incidence reste un indicateur de suivi de l’épidémie. Et force est de constater que les contaminations repartent à la hausse avec plus de 100 cas pour 100.000 habitants rapportés la semaine dernière. En outre, 19.778 cas ont été rapportés positifs ces dernières 24 heures. Un chiffre non atteint depuis le mois d’août et qui préoccupe Dominique Costagliola, puisque sous-estimé en raison de la fin du déremboursement des tests dits « de confort ».

De là à dire que l’histoire se répète une cinquième fois? Ce n’est en tout cas pas l’avis de Jean-Stéphane Dhersin. Le directeur adjoint scientifique au CNRS considère qu’il s’agit là d’une cinquième vague « très différente des précédentes ».

Christophe Rapp invoque une raison principale à cette situation: « On a pour l’instant une couverture vaccinale assez élevée et de fait cela nous protège contre les formes graves […] si on compare novembre 2021 à novembre 2020, il y a huit fois moins d’entrées à l’hôpital, cinq fois moins en réanimation et dix fois moins de décès ».

À l’étranger, on se prépare toutefois aux tour de vis en vue des fêtes de fin d’année. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé ses concitoyens à se faire vacciner massivement avant Noël, tandis qu’à Munich, en Allemagne, le marche de Noël a été annulé en raison d’un rebond épidémique. Jean-Stéphane Dhersin explique d’ailleurs que la progression épidémique de la France est assez proche de celle de l’Allemagne.

En parallèle des quelque 6 millions de Français non-vaccinés se pose désormais la question de la campagne de rappel vaccinal. Les derniers chiffres du ministère de la Santé font état de 800.000 doses de rappel injectées la semaine dernière. En précision, 4,6 de Français sur les 9 millions éligibles ont reçu la dose de rappel en France, avec toutefois d’importantes disparités. Si trois résidents en Ehpad sur quatre ont eu droit à une nouvelle piqûre, ce n’est le cas que de 30% environ des plus de 65 ans qui ont des comorbidités.

« La lutte contre cette épidémie c’est à la fois la vaccination mais également le masque, les gestes barrière, la distanciation… La meilleure des ripostes c’est l’anticipation », soutient aussi Christophe Rapp.

Olivier Véran plaide aussi pour ce « geste citoyen supplémentaire », complémentaire avec le sérum pour espérer éviter d’éventuels tours de vis pour cette fin d’année 2021. Un confinement peut-il néanmoins être envisageable? « Nous n’en sommes clairement pas là », assure à nouveau le ministre de la Santé chez nos confrères de 20 Minutes, « Dans les conditions actuelles […] un confinement serait disproportionné. Mais restons très prudents. »

EN DIRECT – Le rappel vaccinal ouvert à tous les adultes dès 5 mois après la dernière injection

Covid

Si l’Europe est à nouveau l’épicentre de la pandémie de Covid-19, la France est, pour l’instant, relativement épargnée par la reprise épidémique. Mais pour combien de temps ? Delphine Roucaute, journaliste spécialiste des questions de santé au « Monde », fait le point dans ce podcast. Source link : https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2021/11/23/covid-19-la-france-peut-elle-resister-a-la-cinquieme-vague_6103215_5463015.html Author : Publish date : 2021-11-23 04:00:10 Copyright […]

Covid

Si l’Europe est à nouveau l’épicentre de la pandémie de Covid-19, la France est, pour l’instant, relativement épargnée par la reprise épidémique. Mais pour combien de temps ? Delphine Roucaute, journaliste spécialiste des questions de santé au « Monde », fait le point dans ce podcast.Source link : https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2021/11/23/covid-19-la-france-peut-elle-resister-a-la-cinquieme-vague_6103215_5463015.htmlAuthor : Publish date : 2021-11-23 04:00:10Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

MONDIALNEWS.COM :Covid-19 : la France peut-elle résister à la cinquième vague ?https://materiel-camping.info  https://collegae.net  https://dedalusweb.fr  https://www.v46.org/  https://100000-articles.com  –SAC de Rangement pour BÉBÉ LANDOU HOMEASY Sac Organisateur Bandoulière de Poussette Attachable pour Maman bébé Stroller… * 20 mètres -Bordure De Jardin Flexible, avec 20″ Super Fort (Ancres 15 cm) – Bordure De Pelouse, Bordure De Gazon, Bordure en Plastique, Palissade pour Jardin (2×10 mètres, Noir) * Skechers Go Flex-Stride, Baskets Basses Femme, 37 EU * *FREAHAP R Serviette de Yoga Antiderapante Tapis Serviette de Plage Microfibre Légère Absorbant Confortable 183x63cm * La Forge, 10, rue Aubernon 06600 Antibes * Pantoufles en Feutre – Taille 43 * Rieker 66584 Women Open Toe, Sandales femme – Gris (grey / 40), 41 EU * La Guitare Facile : La Méthode pour Enfants à partir de 6 ans (livre seul) * *100 x SO-TECH® Manchons à Visser PROFESSIONNELS Boulons à Visser avec Rebord M6 x 20 mm Insert à Visser en Acier * Business * China Oct official services PMI falls to 52.4 vs 53.2 in Sep * https://notre-dame-de-paris.net  https://www.news-in-europa.com  https://france-restos.com  https://chaussuresdefootball.fr  https://chaussurepaschers.fr  https://www.espacebeauxarts.com  https://www.les-maillots-de-bain.fr  https://36x.biz  https://www.intellinews.org  https://www.mondialnews.com/  https://terrafestival.info  https://www.ecafe101.com  https://mesothelioma-info.info  https://chaussuresx.fr  Covid-19 : la France peut-elle résister à la cinquième vague ? : MONDIALNEWS.COM

Covid

Le porte-parole du gouvernement a averti ce dimanche, la cinquième vague de Covid-19 fait une progression « fulgurante » en France. Alors que jusqu’ici l’héxagone semblait épargné comparé à ses voisins européens, les chiffres repartent tous à la hausse, on fait le point.

Covid

Le week-end a été marqué par les contestations partout en Europe face à la réinstauration de restrictions sanitaires pour faire face à la cinquième vague de l’épidémie de Covid-19. En France, les nouvelles contaminations après avoir doublé la semaine dernière, ne sont pas redescendues en dessous de la barre des 15.000 cas par jour cette semaine, pourtant l’heure n’est pas aux nouvelles contraintes sanitaires a tranché jeudi Emmanuel Macron. Mais le porte-parole du gouvernement alerte ce dimanche : la progression de la cinquième vague de Covid-19 est « fulgurante » en France. On fait le point. 

. C’est en Ardèche que la situation est la plus préoccupante avec un taux d’incidence de 350 cas pour 100.000 habitants. La moyenne française est haute avec 171 cas pour 100.000 habitants. 

Si les chiffres français sont encore bien en dessous de ceux de nos voisins européens, avec plus de 1.000 cas de Covid-19 pour 100.000 habitants en Autriche, ou un taux d’incidence qui frôle les 500 chez nos voisins allemands, la progression du virus est sensible en France. La  progression des contaminations est de 20% par semaine depuis début novembre, un chiffre constant qui permet à Guillaume Rozier, créateur du site de données sur l’épidémie CovidTracker, de parler de « croissance exponentielle ». On prélève en moyenne 13 795 cas positifs au Covid19 chaque jour, en hausse (+ 46 %) par rapport à la semaine dernière. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Autre indicateur très suivi par les autorités sanitaires, celui des admissions de malades du Covid-19 à l’hôpital. Les admissions en soin critique sont en hausse de 32% en moyenne cette semaine. Il y a actuellement 1.333 patients en réanimation dans les hôpitaux français, un nombre en deça ce ce que l’on a pu connaître en septembre dernier mais qui est en légère augmentation (+10%). Enfin en une semaine 46 personnes sont mortes du Covid-19 à l’hôpital soit une augmentation de 39% par rapport à la semaine dernière. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Autre signal alarmant, le nombre de classes fermées a atteint un record en fin de semaine. 4.048 classes d’écoles, collèges ou lycées, fermées en raison de cas positifs, c’est trois fois plus qu’avant les vacances de la Toussaint. Un chiffre à tempérer avec le retour du protocole renforcé dans les établissements scolaires, précise cependant le ministère de l’Éducation nationale, il prévoit en effet une fermeture de classe dès le premier cas détecté dans le premier degré. Lundi dernier, le masque à également fait son retour dans l’ensemble des écoles primaires. 

Si les autorités suivent l’évolution épidémique de près. Aucune nouvelle mesure restrictive n’est à l’ordre du jour pour le moment a affirmé Emmanuel Macron ce vendredi dans le journal La Voix du Nord. L’Autriche met en place un confinement général de sa population à partir de ce lundi après avoir confiné cinq jours ses résidents « non-vaccinés », Emmanuel Macron estime lui qu’un isolement même réservé aux non-vaccinés n’est pour l’heure « pas nécessaire en France ». 

« Les pays qui confinent les non-vaccinés sont ceux qui n’ont pas mis en place le pass. Cette mesure n’est donc pas nécessaire en France », explique le chef de l’État. Comme lors de sa dernière allocution le 9 novembre, le président de la République veut continuer à miser sur la vaccination. La campagne de rappel lancée début septembre pour les plus de 65 ans et les résidents des Ehpad s’élargit ce lundi aux plus de 50 ans. Cette semaine, la Haute autorité de santé a également publié un avis favorable à son extension dès 40 ans. Aujourd’hui 76,7% de la population française est vaccinée, près de 150.000 personnes ont déjà reçu leur dose de rappel, ce qui nous place dans la moyenne haute de l’Europe en terme de couverture vaccinale. 

Bezons : les salariés de PPG iront manifester à Paris pour empêcher la fermeture de leur usine

Ils réclament au gouvernement de stopper les licenciements en cours dans leur entreprise mais aussi ailleurs en France. Rendez-vous est pris pour ce samedi, à Paris-Bercy. Ils lancent un appel aux autres victimes de licenciements, partout en France.

Bezons : les salariés de PPG iront manifester à Paris pour empêcher la fermeture de leur usine

Résister jusqu’au bout, c’est l’objectif de salariés de l’usine PPG (anciennement le Joint français) à Bezons. Ils organisent une manifestation à Paris, ce samedi 27 novembre, depuis le ministère de l’Économie à 14 heures, jusqu’à celui du Travail (le parcours est en cours de validation). Leur but : demander au gouvernement de mettre fin aux licenciements qui s’annoncent dans le cadre de la fermeture de leur usine, mais aussi ceux qui sont en cours dans toute la France, et répertoriés sur le site stoplicenciement.fr.

Le plan social qui prévoit la suppression de 208 postes avant la fermeture totale du site a été homologué par l’inspection du travail le 15 octobre. « On a déposé un référé au tribunal administratif pour obtenir une suspension de l’application. Malheureusement, on a perdu », explique Catherine, élue CGT. L’audience avait lieu le 8 novembre. « Le juge a estimé que ça ne méritait pas une suspension parce qu’il y avait un reclassement prévu. Un reclassement, ce n’est pas un boulot et on a besoin de bosser », ajoute-t-elle. Ils ont fait appel.

Le congé de reclassement, c’est ce qui attend les salariés d’ici quelques jours si le plan social devait s’appliquer comme prévu. Les lettres de licenciement devraient parvenir aux salariés courant décembre. Le tribunal administratif de Cergy doit examiner le recours contre le plan social le 10 janvier. Les salariés craignent que la décision qui sera rendue – même si elle devait être en leur faveur – intervienne trop tard. L’objectif est donc de s’adresser au gouvernement pour qu’il empêche ces licenciements – ceux de PPG mais aussi les autres.

Pour cette manifestation, les PPG peuvent compter sur le soutien des salariés de Tui. Le voyagiste a licencié la majorité du personnel dans le cadre d’un plan social annoncé en 2020 mais la justice a annulé son homologation en juillet dernier. Les salariés licenciés peuvent solliciter leur réintégration, ou à défaut peuvent prétendre à une indemnité minimale de six mois de salaire. « Ce qui nous rassemble, c’est la bagarre contre les licenciements, parce qu’on est passés par là », rappelle Djaffar Razkallah, secrétaire général du syndicat CGT de Tui. Les PPG espèrent un rassemblement le plus large possible. « Le 27, il faut qu’on soit vraiment nombreux. Ramenez toute votre famille ! », lance Laurent, délégué syndical CFTC de PPG.

Guide Shopping Le Parisien

Annonces légales

Codes promo

Annonces auto

Profitez des avantages de l’offre numérique

© Le Parisien

Référence
www.bfmtv.com
www.mondialnews.com
www.francebleu.fr
www.leparisien.fr

Bouton retour en haut de la page